Le lambeau / Philippe Lançon

Livre

Lançon, Philippe (1963-....). Auteur

Edité par Gallimard. [Paris] - DL 2018

Début janvier 2015, l'auteur s'apprête à rejoindre sa compagne aux Etats-Unis, où il doit donner des cours de littérature. Le 7 janvier, il participe à la conférence de rédaction de Charlie Hebdo. Alors que l'équipe débat, c'est l'irruption de l'horreur dont il réchappera, défiguré. Il raconte sa sidération, sa douleur, les greffes tout en essayant de se refabriquer un lien à l'existence. ­

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Un des bons livres de début 2018 4/5

    A sa sortie, « Le lambeau » a reçu un accueil critique exceptionnel tant de la part des journalistes que des lecteurs. Eloges et encensements sont pratiquement unanimes pour ce livre qui vient d'être édité deux ans après les évènements, certains parlent même de chef-d'oeuvre. Cette quasi-unanimité est-elle justifiée ou est-elle le résultat d'une absence de distance et d'esprit critique de la part de confrères encore sous le coup de l'émotion ? La tragédie de Charlie Hebdo a marqué nos esprits, pourtant, le 7 janvier 2015, la France est loin d'être « Charlie ». Le journal satirique est depuis longtemps en perte de vitesse et à court de moyens. Ses journalistes se sont réunis comme chaque semaine pour la conférence de rédaction lorsque deux hommes vêtus de noir, cagoulés et lourdement armés, font irruption dans la salle de rédaction tirant sur tout ce qui bouge… Philippe Lançon est fauché par les balles qui emportent sa mâchoire et « sa vie d'avant », et quitte « le monde où la vie continue ». Revenu d'entre les morts, Philippe Lançon nous raconte sa douleur dans son livre qui couvre la période de janvier à novembre 2015, durant laquelle il fut hospitalisé et a subi 17 opérations. Le récit effleure à peine la « vie d'avant » et l'auteur consacre un seul chapitre à l'attentat, chapitre dans lequel il s'efforce de retracer les terribles instants dont il a été le témoin involontaire, avec des images qui viennent continuellement le hanter. Aucun détail n'est épargné au lecteur sur les deux minutes de folie puis celles interminables qui vont suivre. Lançon fait preuve d'une remarquable maitrise pour décrire l'insoutenable qui a fait de lui une victime pour toujours. Les victimes du 7 janvier sont présentes tout au long du livre et ne cessent de hanter les jours et les nuits de Philippe Lançon. Cette terrible journée sera le point de départ des chapitres suivants qui sont consacrés à sa longue et douloureuse reconstruction. Ils sont le récit poignant de cette improbable reconstruction, celle d'un homme défiguré, dans lequel l'auteur rend hommage au personnel soignant qui met tout en oeuvre pour réparer les vivants. Alors même qu'il est pris en charge par le personnel de l'hôpital, et constamment entouré de sa famille et de ses amis, il survit dans une solitude absolue, accompagné de sa douleur physique et morale. Lançon analyse jour après jour la difficulté de l’apprentissage de cette nouvelle vie et fait à la fois œuvre de journaliste et de romancier. Un beau livre qui dépasse 500 pages et comporte parfois quelques longueurs ou répétitions. Toutefois, la qualité de l'écriture de Philippe Lançon et son lourd témoignage en font un des bons livres de ce début d'année 2018. La valeur thérapeutique c'est de raconter les souffrances et de montrer que la vie ne s'arrête pas. J'ai été sensible à l'absence de dolorisme dans ce roman. Espérons que celui-ci ait un effet thérapeutique pour l’auteur qui ne condamne pas ceux qui sont à l’origine de l’horreur, et qui raconte avec force détails, sans se plaindre et sans jamais livrer un récit déprimant, alors que la douleur et la peur ne le quittent jamais.

    par M. BERTRAND Jean-Daniel Le 21 mai 2019 à 23:20